Un bureau sur la terre, un bon plan pour faire des économies

Un bureau sur la terre dans libé du 01/04/2011

 

Bons plans d’économies

Imprimantes, mobilier, lumières. Comment réduire l’empreinte carbone des salariés.

 

Vous laissez votre ordinateur allumé en allant déjeuner, vous buvez votre café dans des gobelets en plastique, vous imprimez sans compter et les néons de votre open space ne s’éteignent jamais… Vous avez tout faux ! Le bureau n’est pas un lieu tenu à l’écart des préoccupations environnementales. Au contraire, beaucoup de gestes simples peuvent réduire l’empreinte du salarié sur la planète.

Papier. Un salarié français imprime en moyenne 28 pages par jour (enquête Ipsos/Lexmark, 2010). Dont quatre inutilement. Et seuls 20% des déchets papiers du secteur tertiaire sont recyclés. «La majorité des entreprises ne sont pas à la hauteur des enjeux environnementaux posés par le papier», constate l’étude PAP 50 (menée au sein de 50 grandes entreprises françaises). Pourtant, des solutions existent pour consommer moins de papier et mieux en gérer les déchets. En 2009, le groupe de télécoms Aastra France a mis en place «Watchdoc», un outil de gestion de ses imprimantes. L’ensemble de son réseau est d’ailleurs configuré pour imprimer en noir et blanc et recto verso sur papier recyclé. «La consommation est passée de 32 669 feuilles en janvier 2010 à 28 198 feuilles un an plus tard», explique le directeur marketing, Jean-Denis Garo. Aastra France a également lié un partenariat avec Nouvelle Attitude. Cette structure intervient auprès de sociétés désireuses de trier et recycler leurs déchets papiers. Elle fournit des bacs, collecte la matière, la trie puis la revend. «Nous travaillons auprès de 300 entreprises», précise Didier Toqué, son directeur. Pour lui, «la concertation et la pédagogie sont nécessaires pour changer les habitudes». Sa société organise donc des réunions d’information sur la filière recyclage à l’attention des salariés des entreprises clientes.

Mobilier.Les entreprises peuvent aussi jouer la carte des fournitures. Rangements en carton recyclé, colles écologiques, élastiques naturels… C’est ce que propose Un bureau sur la terre. «On livre beaucoup de petites structures, explique Guillaume Gourdon , son responsable, Ça ne coûte pas forcément plus cher.» Ainsi, la cartouche d’encre reconditionnée Greenlab pour imprimantes laser HP est vendue 73,38 euros HT, soit près de deux fois moins cher que son équivalent HP d’origine. Et «pour une qualité d’impression équivalente», souligne Guillaume Gourdon . La société Ecoburo commercialise, elle, des produits d’entretien écologiques : paillassons en fibre naturelle ou limiteurs de débit pour robinets. Côté mobilier, Arféo produit bureaux, rangements et cloisons recyclables. Des collectivités locales, mais aussi Renault, La Poste, BNP Paribas ou Pôle Emploi comptent parmi ses clients. La société va commercialiser «une gamme éco-conçue à partir de matériaux recyclés, annonce Julien Elie, chargé de communication. Des plantes pourront être intégrées au mobilier».

 

Energie. «Depuis vingt ans, la consommation d’électricité dans le tertiaire ne cesse de progresser : + 76% depuis 1986», s’inquiète l’Ademe. Or, «nous pouvons réduire de 50% notre consommation». L’agence préconise des gestes simples comme éteindre les lumières le soir, rapprocher les bureaux des fenêtres pour capter la lumière ou éteindre son ordinateur lorsqu’on ne l’utilise pas. «Un ordinateur en veille utilise encore 20 à 40% de sa consommation.»

 

Les entreprises sont invitées à bouder les éclairages types halogènes, néons plafonniers, lampes à incandescence, pour leur préférer les lampes de bureau à basse consommation. Des minuteurs ou des lumières à détecteurs de présence peuvent également permettre de réaliser des gains. Côté informatique, les équipements labellisés «Energy Star» garantissent une consommation inférieure à la moyenne ; l’économie passe aussi par moins de chauffage et de climatisation. A privilégier, l’été : aération ou ventilateurs plafonniers, et à conserver la fraîcheur en utilisant des protections solaires. L’hiver, «des radiateurs à 19°C plutôt qu’à 20°C, c’est 7% de consommation en moins», souligne l’Ademe.

 

Les trajets domicile-travail représentent 30% de la circulation.Ainsi ont été mis en place des plans de déplacements entreprise (PDE) : plateformes de covoiturage, parcs à vélos, navettes reliant les stations de transports en commun… Des mesures pour inciter les salariés à laisser leur voiture au garage(lire page 2). Des sites proposent aussi de mettre en relation les covoitureurs (Carjob.org, Covoiturage.com…)

Déplacements. Autre problématique : la réduction des déplacements professionnels. Aastra France a opté pour la vidéoconférence. Une solution qui, selon Jean-Denis Garo, offre la possibilité de «gérer ses horaires, réduire les temps de transports et ainsi diminuer significativement l’émission de CO2».

Guillaume le 07.04.11 à 14:58 dans On parle de nous sur la terre
- Commenter -

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter


Commentaires

Eclairage dans le tertiaire, économies et Led...

Economies et éclairage tertiaire = Led!

On commence enfin à disposer pour l'aménagement de bureau de pavés lumineux innovants 100% LED dont le
prix devient compétitif.
Les économies d'énergies liées sont impressionnantes et le confort visuel meilleur qu'avec des fluo compacts.
Les études de nos éclairagistes sur des solutions lumière innovantes ont pu être validées sur le terrain et à ce jour nous n'avons aucun retour négatif sur ces dalles led.

Kytom - 19.09.11 à 21:32 - # - Répondre -

Commenter l'article